Déclaration de la Conférence de Bamako sur l’énergie communautaire

Energie communautaire et accès à l’énergie pour tous!

Nous, les participants à la 2e Conférence mondiale sur l’énergie communautaire à Bamako, au Mali, avons réuni ici plus de 400 personnes venant de plus de 45 pays, les 8 et 9 novembre 2018, qui ont accepté et décidé de publier cette déclaration.

Après deux jours de discussions très fructueuses sur tous les aspects pertinents concernant l’énergie communautaire et l’accès à l’énergie communautaire, et sur la mise à profit des résultats des événements précédents, notamment la Déclaration de Fukushima sur l’énergie communautaire et la résolution de l’Energie Communautaire pour tous!, nous concluons ce qui suit :

Nous réaffirmons que la disponibilité de l’énergie est la condition préalable à la vie humaine et à la prospérité et qu’il doit être absolument prioritaire de servir les centaines de millions de personnes dans le monde qui n’ont pas accès aux services énergétiques modernes.

L’énergie renouvelable est disponible partout en abondance et peut en principe être utilisée par tout le monde. En conséquence, nous soulignons que l’utilisation gratuite de l’énergie éolienne, solaire et de toutes les autres sources d’énergie renouvelable pour l’auto-approvisionnement devrait être reconnue comme un droit véritable et naturel de tous les citoyens et de toutes les communautés.

Nous soulignons, en particulier, que la propriété locale et communautaire des projets d’énergie renouvelable multiplie les avantages de la disponibilité de l’énergie, renforce la prospérité socio-économique, la résilience aux changements climatiques et la participation, et renforce les structures démocratiques.

Nous réaffirmons que l’énergie communautaire connectée au réseau et hors-réseau est comprise comme un engagement local, impulsé par la communauté, en faveur d’infrastructures de production d’énergie renouvelable, qui sont construites et exploitées par les citoyens locaux et les municipalités sous leur propre responsabilité et dont les avantages économiques et sociaux profitent à la communauté locale, c’est-à-dire des investissements orientés vers le bien commun, garantissant une participation démocratique.

Afin d’accélérer les taux d’accès et de minimiser les risques environnementaux tels que  les émissions des gaz à effet de serre et la pollution atmosphérique, nous appelons les décideurs du monde entier à reconnaître le droit fondamental de produire de manière durable et d’utiliser les énergies renouvelables pour l’auto-approvisionnement des personnes aussi bien que des communautés.

Ce droit fondamental devrait être assuré en:

– Évitant, et même en éliminant tous les types d’obstacles réels et bureaucratiques à l’utilisation d’énergies renouvelables ;

–  Permettant et appuyant les citoyens et les communautés de développer et d’exploiter des technologies utilisant des énergies renouvelables ;

– Rendant les technologies des énergies renouvelables accessibles à tous les êtres humains ;

– Développant et en promouvant des modèles commerciaux qui permettent et qui mettent l’accent sur l’utilisation productive des énergies renouvelables ;

– Soutenant les investisseurs locaux, basés sur la communauté, en utilisant des instruments financiers innovants qui aident à combler le fossé des fonds propres.

Nous félicitons toutes les initiatives gouvernementales, y compris le processus de révision  des CND, le suivi de la réalisation de l’Objectif de développement durable 7 et l’amélioration du financement de la lutte contre le changement climatique, par exemple, à travers le Fond Vert pour le Climat – qui soutiennent le pouvoir communautaire, que ce soit dans le monde en développement ou dans le monde développé. Nous encourageons tous les gouvernements et toutes les organisations internationales à mettre en place des cadres supplémentaires permettant aux communautés et aux citoyens de devenir propriétaires de projets d’énergie renouvelable.

Nous remercions tous les gouvernements, les organisations internationales et les particuliers qui ont contribué à cette conférence, en particulier le gouvernement du Mali, le ministère fédéral allemand de l’Environnement, le Programme alimentaire mondial, la GIZ, ISEP Japon et tous ceux qui ont contribué au succès de la WCPC2018.

Nous nous félicitons de la création de la Plateforme Africaine de l’Energie Communautaire et  de l’Electrification Rurale et encourageons tous les acteurs africains de l’énergie communautaire à s’associer et à contribuer activement au profit des populations africaines.

Nous invitons tous les délégués et les acteurs de l’énergie communautaire du monde entier à se joindre à la 3ème Conférence mondiale sur l’Energie Communautaire 2020, dont le pays hôte sera annoncé au printemps 2019.

 

Bamako, le 8 novembre 2018

Signé par les représentants des trois organisations hôtes au nom de tous les participants

Dr Ibrahim Togola, Président, Mali-Folkecenter Nyetaa

Stefan Gsänger, secrétaire général, WWEA

Dr Tetsunari Iida, Directeur, ISEP Japon